Doit-on bannir les pitbulls?

Doit-on bannir les pitbulls?

Le Québec vit une crise sans précédent depuis le décès tragique d’une femme qui aurait été mortellement attaqué par un pitbull à Pointe-aux-Trembles.

Cet événement, épouvantable sans aucun doute, est venu diviser la population et a mené à une profonde réflexion : doit-on bannir les pitbulls de nos municipalités ou plutôt opter pour des campagnes de sensibilisation et de responsabilisation destinées aux propriétaires de tous les chiens?

Je veux d’abord préciser qu’il n’y a aucune étude scientifique complète qui démontre que le pitbull est plus dangereux que les autres chiens. Je ne vous cacherai pas que sa mâchoire est puissante et qu’elle peut causer d’importantes blessures en cas deDoit-on bannir les pitbulls morsure; je ne vous cacherai pas que certains pitbulls ont aussi un instinct de prédation plus élevé que d’autres chiens, mais d’en conclure, sans preuve, qu’ils sont plus dangereux que les autres serait de généraliser ce qu’il faut éviter de faire. J’ai vu d’excellents pitbulls dans ma pratique et j’ai aussi vu le contraire. Les facteurs qui font la différence sont la génétique, les méthodes d’entraînement utilisées, la façon dont le chien a été socialisé et l’environnement. Un pitbull avec une bonne génétique, entraîné en renforcement positif, qui vit avec une famille qui prend le temps de répondre à ses besoins quotidiens peut devenir un animal de compagnie agréable qui n’aura probablement jamais de problèmes de comportements majeurs. Et c’est comme ça pour tous les chiens…

Bannir ou non les pitbulls?

Malgré cet argument que je ne suis pas le seul à répéter, plusieurs souhaitent encore que les pitbulls soient bannis de leur municipalité, du Québec et même du monde entier. Les préjugés à leur égard sont présents depuis plusieurs années et ne sont pas prêts de changer. En ce qui me concerne, le bannissement des pitbulls n’est vraiment pas la bonne solution; pire encore, elle risque de créer un faux sentiment de sécurité chez les gens : ceux qui veulent de « gros chiens qui font peur » se tourneront vers d’autres races et en feront des chiens tout aussi dangereux. On a tenté l’expérience en Ontario et le nombre total de morsures par des chiens a augmenté de 2010 à 2014, passant de 400 à 650. Avancé? Pas vraiment… Certaines villes et pays, comme l’Angleterre, ont même retirés ce type de législation! C’est tout dire!

Ma solution

Je suis comme vous. Je ne veux plus que des drames comme celui de Pointe-aux-Trembles se produisent à nouveau et je souhaite que le nombre de morsures diminue au Québec. Il y en a 450 par jour, selon un sondage Léger Marketing pour le compte de l’Association des médecins vétérinaires du Québec. C’est beaucoup trop. Au lieu d’interdire le pitbull, il serait beaucoup plus efficace que les villes adoptent des règlements sur les chiens dangereux sans égard au type ou à la race et que les chiens mordeurs soient évalués par des vétérinaires spécialisés en comportement et/ou des éducateurs canins certifiées. Les municipalités devraient aussi resserrer leur règlement sur les chiens en laisse et émettre des amendes salées aux contrevenants. D’autre part, pourquoi ne pas imiter la Suisse et obliger tous les propriétaires de chiens à suivre un cours en éducation canine auprès d’éducateurs certifiés qui enseignent avec des méthodes basées sur le renforcement positif. Ce serait un pas de géant! Dans le meilleur des mondes, les écoles et les municipalités pourraient aussi s’impliquer en donnant de petites formations annuelles sur la prévention de morsures. Il est aussi grand temps d’exiger que les chiens qui ne sont pas destinés à la reproduction chez les éleveurs éthiques soient stérilisés et que la vente d’animaux dans les animaleries soit interdite. Cela bénéficierait aux refuges qui débordent aux Québec. En terminant, les propriétaires de chiens doivent se prendre en main et se responsabiliser. Ces derniers doivent consulter un spécialiste en comportement canin au moindre signe d’agressivité dans le but d’éviter le pire. Comme vous pouvez le constater, on peut faire autre chose que de bannir les pitbulls. Il est important que les élus travaillent avec les experts du milieu canin pour explorer les différentes solutions et, enfin, mettre un terme à cette crise pour pourrait encore faire des victimes.

Pour en savoir plus sur les pitbulls, je vous invite à écouter ma chronique à Rouge fm où j’en parle avec Patricia Paquin. Cliquez ici.