Les nouveaux pitbulls interdits à Montréal

Les nouveaux pitbulls interdits à Montréal

Une réglementation plus stricte à l’égard du contrôle des animaux entrera en vigueur, à Montréal, dans les 19 arrondissements, le 3 octobre prochain. Ainsi, de nouvelles mesures s’avèrent obligatoires. Bien que celles-ci touchent la totalité des propriétaires d’animaux, des mesures spécifiques s’appliquent aux chiens de type Pit bull et aux chiens déclarés à risque.

« La sécurité et le sentiment de sécurité des citoyens sont notre priorité. Le règlement sur le contrôle des animaux adopté aujourd’hui par le conseil municipal prévoit un resserrement des mesures en ce sens. J’ai été profondément choqué par les récents événements impliquant des attaques de chiens. En tant qu’administration responsable, il était de notre devoir de se pencher sérieusement sur cette préoccupation, et de prendre les décisions qui s’imposent », a déclaré le maire.

Faits saillants du nouveau règlement

En vigueur dans tous les arrondissements à compter du 3 octobre, le règlement prévoit notamment :

– L’obligation de se procurer un permis pour tous les chiens et chats ;

– Un permis valide partout sur le territoire et l’uniformisation de la tarification ;

– Le coût minimal d’une amende sera de 300 $, ce qui constitue une augmentation considérable ;

– La stérilisation et le micropuçage de tous les chiens seront exigés avant le 31 décembre 2019 ;

– Des dispositions particulières seront prises en regard des chiens qui auraient mordu. Un chien ayant causé la mort d’une personne ou d’un animal fera l’objet d’un ordre d’euthanasie.

– Le coût minimal d’une amende sera de 300 $, ce qui constitue une augmentation considérable

Par ailleurs, à compter du 3 octobre 2016, il sera interdit d’acquérir un chien de type Pit bull. Les propriétaires actuels devront déposer une demande de permis spécial avant le 31 décembre 2016, sans quoi ils ne pourront plus garder leur chien de type Pit bull au 1er janvier 2017. À cet effet, un calendrier précisant les dates et lieux où les propriétaires de chien de type Pit bull peuvent se procurer leur permis spécial est disponible en ligne à www.ville.montreal.qc.ca/animaux.

Les propriétaires d’un chien de type Pit bull devront aussi fournir :

– Un document attestant de l’absence d’antécédents judiciaires liés à la violence ;

– Une preuve de stérilisation, de micropuçage et de vaccination contre la rage de leur animal ;

– Une preuve de résidence sur le territoire de la Ville et de possession de l’animal à la date d’entrée en vigueur du règlement (3 octobre 2016).

Dès l’entrée en vigueur du règlement, tout chien de type Pit bull devra :

– Être muselé en tout temps hors de son domicile;

– Être tenu au moyen d’une laisse d’une longueur maximale de 1,25m, sauf dans les aires d’exercice canin (AEC) ou dans un endroit fermé par une clôture d’une hauteur minimale de 2 mètres;

– Être sous la surveillance d’une personne de 18 ans ou plus;- Porter la médaille délivrée par la Ville.

Une patrouille exclusive au contrôle animalier

Depuis juillet, une patrouille animalière temporaire sillonne Montréal pour appliquer la réglementation liée à l’enregistrement et à l’utilisation de la laisse. Son travail a porté fruit alors que le nombre de permis de chiens a augmenté de plus de 50 % dans les deux derniers mois. Nous sommes passés de 20000 à plus de 31000 permis. Quelque 900 constats ont aussi été remis aux propriétaires ne respectant pas la réglementation. Une patrouille permanente au contrôle animalier formée d’employés de la Ville de Montréal agira en soutien aux arrondissements, qui demeurent responsables de l’application du règlement.

« Les chats et les chiens font partie de notre vie. On retrouve en proportion un animal de compagnie pour quatre Montréalais! Nous sommes attachés à nos animaux, et avec raison. Ce n’est pas une raison pour fermer les yeux sur de nombreux incidents, qui, d’une gravité variable, peuvent tout de même être évités. C’est la sécurité de tous qui est en jeu, et cela est au cœur de l’ensemble de cette nouvelle réglementation », a ajouté Mme Samson.